Mot de la Paroisse mois de Mai

MOT BIBLIQUE

« Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel. » Colossiens 4, 6

111066897

Méditation 

Le verset biblique de ce mois de mai fait référence à une parole du Christ qui nous invite à être lumière du monde et sel de la terre .

Tu es sel pour la terre. Tu es lumière pour le monde. Jésus nous appelle à mettre notre grain de sel dans la terre. A éclairer le monde de cette lumière qui nous habite.

Qu’est ce que le sel ?C’est un tout petit cristal, un grain, sans éclat, sans grande valeur.

Tout seul, on ne l’aime pas. On dit alors que c’est trop salé ! Mais il est là pour être mélangé avec d’autres  choses à manger ! Il est fait pour être mis dedans ou mis avec.

Alors, être grain de sel pour la terre, c’est un peu la même chose ! C’est se mettre dans la pâte de l’humanité, se mélanger, parce que tout seul, la vie est bien fade. Nous avons besoin des autres pour que notre vie ait du goût… Et ils ont aussi besoin de nous ! Vous êtes le sel de la terre, gardez votre saveur, elle est unique, précieuse, elle est de Dieu.

Vous pouvez donner à la vie une saveur, un bon goût, l’envie de la croquer à pleines dents. Alors, quand le goût est fade ou trop amer : mets ton grain de sel ! Un grain d’humour, un grain de tendresse, un grain de respect, un grain d’amour.

Et soyez sûr de la promesse de Dieu par Jésus Christ : il nous accompagne dans notre mission, celle de révéler le goût et les couleurs de la vie .Alors soyons sel et avec grâce , c’est-à-dire avec amour, compassion douceur, fraternité.

Mot de la paroisse mois d’Avril 2019

Il va ressusciter…

Il va ressusciter…

Enfin, il a déjà ressuscité…

ou il est déjà ressuscité…

Difficile de choisir entre être ou avoir…

Jésus est-il le sujet ou l’objet de Sa Résurrection ?

Le grec ne nous aide en rien non plus. Le terme employé pour « ressusciter », egeiro, est bien loin de nos traductions. Egeiro, c’est « se lever ». Il n’y a donc aucune idée de répétition, d’un retour ou un recommencement, mais bien d’une action on ne peut plus dynamique : se lever, se dresser.

Jésus s’est donc levé, ou Dieu a levé Jésus (c’est amusant comme en changeant de verbe, les auxiliaires être & avoir changent de sens).

Il a changé d’état, comme le nourrisson qui découvre la marche, comme le quadripède qui se dresse, comme l’éveil après la nuit, la forme après la maladie.

Au cœur de notre foi, ce mouvement est un guide sur notre chemin à la suite du Christ. C’est quand nous nous levons, quand quelque chose nous « dresse », quand nous pouvons nous tenir droits que nous Le suivons.  Chaque fois que nous nous laissons écraser par le poids du monde (de notre petit monde personnel), par les tracas quotidiens, les tensions professionnelles, les responsabilités familiales, chaque fois que nous nous prostrons devant nos insuffisances et nos fautes, que regrets et remords nous font courber la tête, rappelons-nous qu’Il s’est levé pour pouvoir nous élever à sa suite.

Et ce chaque jour de notre vie, non pas lors d’une commémoration exceptionnelle (Pâques), mais dans le chemin que Jésus fait à nos côtés continuellement.

Donc oui, je préfère finalement, Il va ressusciter !

Mot de la Paroisse mois de Mars 2019

L’hiver est derrière nous et l’obscurité a fait peu à peu place à la lumière. « L’obscurité ne peut chasser l’obscurité ; seule la lumière le peut. La haine ne peut chasser la haine ; seul l’amour le peut. » (Martin Luther King 1962).

« C’est vous qui êtes la lumière du monde » nous dit Jésus dans le sermon sur la colline en Mathieu 5, v. 14 et suivants. « Votre lumière doit briller devant les hommes afin qu’ils voient le bien que vous faites et qu’ils louent votre Père qui est dans les cieux.»

Notre « lumière doit briller devant les hommes » : qu’est-ce que cela veut dire ? Si je prends du temps pour apporter une aide à quelqu’un, si je m’investis pour soutenir telle ou telle personne traversant une période difficile, j’attirerai l’attention sur moi, on remarquera ma bonne volonté, ma grande compassion et j’aurai fait bon effet en prétendant résoudre un problème difficile… !

À moins que de tels objectifs personnels sous-jacents liés à nos ambitions ne soient pas très lumineux ?

Est-ce que « les hommes voient le bien » que nous faisons ? Nous avons tous plein de qualités et quelques défauts… ! Chacun avance sur son chemin de vie avec les outils qu’il a à sa disposition. Si les outils sont mauvais, il y a fort à parier que les résultats le seront également. Et ce que les autres, (pas nous évidemment !) repèrent prioritairement, ce sont nos dérapages, nos faux pas, nos égarements, nos manquements, et à ce propos, les conversations vont rapidement bon train… À moins qu’il s’agisse de changer de regard pour repérer en priorité le bien ?

Alors comment les hommes en arriveront à « louer le Père qui est dans les cieux» ?

C’est en suivant l’exemple du Christ, que notre lumière sera vraiment lumière, et que d’autres autour de nous s’en étonneront et et comprendront que c’est l’œuvre de Dieu qui opère dans nos vies .

Sommes-nous capables d’apprendre de nos erreurs, de les reconnaître pour nous-mêmes et de les faire connaître aux autres ? Pour ne pas les répéter encore ? Choisissons-nous le chemin qui nous mène vers le haut, vers « la pensée de l’éternité que Dieu a mis dans le cœur de tout homme » ? Cela ne nous empêchera pas de redouter la difficulté du parcours : nous ne faisons pas toujours que « le bien »… Le Père dans les cieux qui nous a donné son souffle de vie, nous accompagne et nous enseigne et c’est donc à Lui que revient la louange.

Mot de la Paroisse mois de Fevrier 2019

Mot biblique : « Lorsque vous êtes debout en prière, si vous avez quelque chose contre quelqu’un, pardonnez, afin que votre Père qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos fautes.»

Mot de la Paroisse :
C’est le thème de la fraternité qui nous a rassemblé lors de la dernière célébration œcuménique . Nous avons interrogé cette fraternité à l’aulne du pardon et de la réconciliation, en particulier lors de la vigile à l’église protestante de Lampertheim au cours de cette semaine. Le pardon nous a aussi conduit sur bien des chemins , souvent très personnel lors du partage d’expérience et de témoignages des chemins de pardon .

Pour revenir à l’histoire de Joseph,, le thème du pardon constitue la trame du récit, jusqu’à la paix enfin construite , entre Joseph et ses frères. Il est bon de relire cette saga et de nous demander où nous en sommes dans nos vie ?Quelles sont nos jalousies, nos rancoeurs, nos difficultés à nous apprécier nous même et de nous sentir aimés et acceptés dans le regard de l’autre. Le cheminement en direction de cette paix, de cœur, d’esprit et entre les uns et les autres, est discret, patient, mais têtu. En nous plongeant sans cette histoire fondatrice nous pouvons lire entre les lignes combien elle nous concerne, combien elle nous parle, nous accompagne et nous édifie. Et surtout : combien elle nous invite à poursuivre l’oeuvre de paix.

Mot de la Paroisse mois de Janvier 2019

« Recherche la paix et poursuis-la. » Psaumes 34,15

La paix, après la guerre et les champs de ruine, entre un territoire gagnant et un autre  perdant… ?

Ou plutôt la paix donnée par le Christ pour que notre cœur ne se trouble pas et ne s’alarme pas… ?

Bien sûr, c’est la paix au quotidien du chrétien, une paix à accueillir toujours à nouveau. Quand j’ai l’occasion d’expliquer ma colère (la colère, c’est l’inverse de l’apaisement), quand je peux déposer mon fardeau et ma tristesse (et retrouver un peu de joie), quand je trouve à exprimer ma peur (pour que la confiance regagne du terrain), la paix étend ses racines… Et pour cela, nous avons besoin les uns des autres, besoin de paroles partagées : c’est une question de vie, de vie en église…

Voilà quelques symptômes de la paix intérieure, en référence à la prédication d’un dimanche de la période de l’Avent par Sarah Sarg :

-une grande capacité à apprécier chaque moment de la vie

-un manque total d’intérêt pour tout ce qui est conflictuel

-une perte totale de la capacité à se faire du souci

-des sentiments très agréables d’unité avec les autres, avec la nature et sa vie

-des attaques répétées de sourire de cette sorte de sourire qui vient du cœur et passe par les yeux…

 

Mot de la Paroisse Décembre 2018

Mot biblique : « Que rient désert et terre arride, que danse et s’épanouisse tel un narcisse, le maquis. »Esaie 35,1

Mot  :
A méditer : Avent, promesse de paix, de justice, de Dieu
Aucune promesse de justice, fut-elle divine, ne peut se dispenser de l’initiative des hommes.
Qu’adviendrait-il de toutes les paroles dites de la bouche des prophètes, s’il n’y avait personne qui ne soit capable de les entendre ?
Pourquoi faudrait il formuler des vœux, aussi sincères soient il, si on se contente de souhaiter sans chercher à réaliser ?
A quoi servirait le désir d’entreprendre, le renouvellement de la terre et sa justice, s’il ne se trouve aucun artisan capable de les mettre en œuvre ?
Qu’en serait il d’un chemin de l’Evangile, qu’en serait-il d’un chemin de justice, s’il n’y avait nul croyant pour le prendre ?
Toute promesse cherche d’abord son accomplissement par les hommes et pour les hommes, pour être signe visible de la justice de Dieu.
En ces temps, nous serons interpellés ! Quelle prière pour la paix au Proche et moyen Orient ? Et Quel signe d’accueil pour ceux qui fuient la guerre ?
Quel signe pour la préservation de notre terre ? A travers quel geste écologique ? Quelle lumière allumée ?
En ce mois de décembre nous commençons la proposition de jeûne pour le climat afin d’interpeller nos responsables politiques.
La justice de Die, elle cherche son accomplissement, par moi, par toi !

Mot de la paroisse Novembre 2018

Ils s’appellent Jean-Luc, Raphaël, Roger, Patricia, Marc, René, Nathalie, Madeleine, Roland, Pierre, Bernard, Nathalie, et beaucoup d’autres avant eux, ce sont des bénévoles, des paroissiens qui ont accepté de répondre présents quand ils ont été sollicités pour mettre leurs compétences au service de la paroisse. Alors, bien sûr, l’engagement au sein d’une équipe est source d’épanouissement, d’apprentissages, de découvertes…, tout en courant le risque d’être ignoré, passé sous silence, d’être décrié ou applaudi. Peut-être que nous pourrions nous amuser ou nous employer à repérer prioritairement « ce qui va », avant de pointer « ce qui ne va pas ». Nous voulons apprendre à faire preuve de bienveillance les uns par rapport aux autres et nous comptons sur votre bienveillance, vous qui êtes en train de lire ces lignes. Nous savons que Dieu veille sur nos chemins de vie, que son regard posé sur nous veut nous faire grandir, que son oreille est attentive à nos questionnements.

Mot de la Paroisse Octobre 2018

Mot biblique : « N’oubliez pas de faire le bien et de vous entraider fraternellement, car ce sont de tels sacrifices qui plaisent à Dieu. »Hébreux 13,16

Mot du pasteur : Les feuilles d’automne du lundi 20 octobre 2018
Bientôt c’est le moment pour récolter toutes les feuilles de papier que vous avez jalousement mis de coté durant de longs mois, ou simplement il ya quelques semaines pour soutenir l’action « Ramassage des vieux papiers » que la paroisse de Vendenheim organise fidèlement depuis de nombreuses années. Cette année encore, une fine équipe va s’éparpiller dans les rues et ruelles de notre commune pour ramasser, poser sur les charrettes des tracteurs, et enfin faire valser les paquets de papiers dans les bennes bleues situées place de la mairie !
Et pourquoi faire ? D’une part les jeunes sont sensibilisés au tri sélectif et au recyclage ; enfin le produit de ce ramassage alimente la caisse du groupe de Jeunes et lui permet d’organiser un certain nombre de sorties et d’activités Mais les jeunes sont aussi sensibilisés aux projets d’entraide de nos églises et chaque année ils choisissent un de ces projets pour soutenir d’autres jeunes dans le monde, cette année en particulier ils viendront en aide aux enfants d’Haiti, Sao Paulo et Madagascar
Ainsi, les feuilles d’automne, glanées dans nos rues, portent bien des fruits, à leur manière !

Mot du Pasteur Septembre 2018

Mot biblique : « Dieu fait toute chose belle en son temps ; à leur cœur il donne même le sens de la durée sans que l’homme puisse découvrir  l’œuvre que fait Dieu  depuis le début jusqu’à la fin. » Qohelet 3,11

 

Mot du pasteur :

Au revoir et Adieu et MERCI !!

Je vous dis au revoir parce que je vais prendre ma retraite le 1er octobre, après 10 ans de belles dynamiques  dans la paroisse de Vendenheim et au sein du consistoire. Je suis heureuse de toutes les rencontres que j’ai faite avec vous, reconnaissante de l’accueil des fédinois, l’accompagnement des conseillers presbytéraux et des élus de la commune. Bien des projets ont pu aboutir grâce à vous tous, organistes, conseillers, bénévoles, sans oublier le groupe de l’ouvroir et les plus jeunes, 4 pattes, katé et les ados. Au revoir aux ainés de l’Ehpad et celles et ceux qui m’ont accompagné lors des cultes. Au revoir à mes collègues du consistoire et à leurs paroissiens. Vous avez tous contribué à une richesse inoubliable, car ensemble nous avons tracé bien des routes, à chaque fois nouvelles, motivantes, pour la spiritualité, la créativité, le partage, la solidarité.

Je vous dis à toutes et à tous au revoir, parce que je prends ma retraite, tout en m’engageant dans un ministère en tant que pasteure bénévole en Charente Maritime.  De là bas, j’espère avoir de vos nouvelles, vous porter dans mes prières et rester dans les vôtres.

Je vous dis aussi Adieu. Adieu, c’est-à-dire « je vous recommande à Dieu ». Je te recommande, toi l’ainé, toi le jeune, vous les organistes, vous les bénévoles, vous les conseillers. Oui je vous recommande à Dieu chacun et chacune sur son chemin ; celui que j’ai croisé, accompagné, et qui va continuer sa route. Je recommande à Dieu la paroisse de Vendenheim, sa sœur la paroisse catholique, et toutes celles du consistoire car toutes m’ont permis de remplir un tant soit peu ma vocation, m’ont porté et apporté beaucoup. Un culte d’action de grâce le dimanche des récoltes sera célébré le  7 octobre à 15h en l’église de Vendenheim.

 

Prière : « J’aimerai être l’arche de Noé, apporter réconfort et secours aux hommes, tous ceux dans le péril des eaux ! Oser et non pas craindre ! J’aimerai être la colombe, et comme elle, chercher pour notre avenir les branches dont jaillissent de nouveaux rameaux ! Oser et non pas craindre !

J’aimerais être l’arc en ciel, et chanter l’espérance pour les hommes, pour ceux qui bâtissent la terre de Dieu ! M’engager et non pas craindre. »

 

Organisation : Votre pasteur prend sa retraite, ce sera le conseil presbytéral qui assurera la gestion de la paroisse le temps de la vacance pastorale. La garde des casuels est organisée avec les collègues du consistoire. Le catéchisme se fera avec le groupe de Berstett. Les cultes pour touts petits continuent. Le groupe de jeune sera réuni autour du pasteur Preckel qui organise déjà une rencontre jeunes à Heaven’s door. L’ouvroir sera accompagné par des personnes de la paroisse et du conseil. Mais nous avons besoin de bénévoles pour innover  et accompagner : pourquoi pas vous ? Merci de prendre contact avec un membre du conseil presbytéral. Merci !!

 

Mot du pasteur Juillet et Août 2018

MOT BIBLIQUE

«Semez pour la justice, moissonnez dans la loyauté,  défrichez vous un champ nouveau ! Il est temps de chercher l’Eternel jusqu’à ce qu’il vienne et répandre pour vous la justice. »

Osée 10,12

 

Mot du pasteur :

Luc 5 :«  Il monta dans l’une des barques, qui était à Simon, et pria celui-ci de s’éloigner un peu de la terre ; puis, s’étant assis, de la barque il enseignait les foules. Quand il eut cessé de parler, il dit à Simon :  » Avance en eau profonde, et lâchez vos filets pour la pêche.  » Simon répondit :  » Maître, nous avons peiné toute une nuit sans rien prendre, mais sur ta parole je vais lâcher les filets.  » Et l’ayant fait, ils capturèrent une grande multitude de poissons, et leurs filets se rompaient. »

« Nous avons déjà essayé, Seigneur, mais puisque tu le demandes, je vais faire ce que tu as dit. » Le futur  disciple entend la Parole du Christ, et la met en pratique. Qu’est-ce qui le pousse à accepter cette parole ? A reprendre les rames de sa barque pour faire cette chose insensée, sans espoir rationnel qu’il prenne quoi que ce soit dans ses filets ?

Cette confiance de Pierre, cette obéissance aveugle à sa parole, alors qu’il n’y avait raisonnablement aucune chance qu’elle se réalise, m’impressionnent. Et je me demande dans quelles circonstances j’ai une foi aussi grande que celle de Pierre pour dire : Seigneur, j’ai déjà tout essayé, mais sur ta parole, je jetterai encore le filet.

Pierre, fatigué de la nuit et déçu par sa pêche, été sans doute un homme découragé, mais il y va !

Il nous arrive à tous de nous sentir découragés, à bout de forces, sans ressources pour poursuivre la route et remplir notre mission, quelle qu’elle soit, que ce soit : s’occuper d’un proche malade ou s’occuper de soi même, se lever, accepter de rencontrer quelqu’un, de partager du temps avec lui, d’aller tous les jours au travail et le faire consciencieusement, d’élever ses enfants, d’aider ses petits enfants. Nous avons, nous aussi, comme Pierre et ses compagnons, des jours et des nuits de travail et de veille, après lesquels nous nous sommes dit « à quoi bon » ? Nous avons tous des moments de découragement.

C’est vrai aussi dans notre Eglise, c’est vrai que de manière générale, la religion et la foi prennent une place toujours moins importante dans la vie des gens. Malgré tout, cette parole du Christ s’adresse encore à nous aujourd’hui : avance en eaux profondes, et jette tes filets pour pêcher.

Qu’est-ce qui nous fait lever pour avancer, en eau profonde, et jeter nos filets ? Qu’est ce qui va nous redonner courage, pour tendre la main à l’autre, pour prier pour les uns et les autres, pour ouvrir la bible, la lire ou l’écouter ?

Si le Christ nous encourage à jeter nos filets, même et surtout lorsque nous croyons que tout est perdu, c’est parce que dans ces moments-là nous avons besoin de nourriture pour nous fortifier et nous encourager. Et la parole de Dieu est une nourriture dont nos âmes peuvent se rassasier lorsque nous avons faim de vérité, faim de ressourcement, faim de confiance en soi, faim de courage, faim d’un bonheur qui nous remplisse vraiment, faim de promesses tenues, de fidélité, d’amour.

Pierre a trouvé en lui la force d’obéir à l’injonction de Jésus Christ, et en faisant confiance à sa Parole, le disciple a fait une pêche comme il n’en avait encore jamais faite, une pêche miraculeuse.

Lorsque nous traversons les eaux profondes de la vie, l’appel du Christ résonne encore : jette tes filets. Il y a là de la nourriture pour celui qui a faim. Il y a dans ces paroles une promesse qui fait du bien au corps et à l’âme fatigués.

Je vous souhaite un bel été rempli de toutes ces belles choses qui redonnent force et sens,  de gestes, de ressourcements, de sens en de re- lecture de ces écritures « saintes », Paroles de vie !