Mot de la Paroisse Octobre 2018

Mot biblique : « N’oubliez pas de faire le bien et de vous entraider fraternellement, car ce sont de tels sacrifices qui plaisent à Dieu. »Hébreux 13,16

Mot du pasteur : Les feuilles d’automne du lundi 20 octobre 2018
Bientôt c’est le moment pour récolter toutes les feuilles de papier que vous avez jalousement mis de coté durant de longs mois, ou simplement il ya quelques semaines pour soutenir l’action « Ramassage des vieux papiers » que la paroisse de Vendenheim organise fidèlement depuis de nombreuses années. Cette année encore, une fine équipe va s’éparpiller dans les rues et ruelles de notre commune pour ramasser, poser sur les charrettes des tracteurs, et enfin faire valser les paquets de papiers dans les bennes bleues situées place de la mairie !
Et pourquoi faire ? D’une part les jeunes sont sensibilisés au tri sélectif et au recyclage ; enfin le produit de ce ramassage alimente la caisse du groupe de Jeunes et lui permet d’organiser un certain nombre de sorties et d’activités Mais les jeunes sont aussi sensibilisés aux projets d’entraide de nos églises et chaque année ils choisissent un de ces projets pour soutenir d’autres jeunes dans le monde, cette année en particulier ils viendront en aide aux enfants d’Haiti, Sao Paulo et Madagascar
Ainsi, les feuilles d’automne, glanées dans nos rues, portent bien des fruits, à leur manière !

Mot du Pasteur Septembre 2018

Mot biblique : « Dieu fait toute chose belle en son temps ; à leur cœur il donne même le sens de la durée sans que l’homme puisse découvrir  l’œuvre que fait Dieu  depuis le début jusqu’à la fin. » Qohelet 3,11

 

Mot du pasteur :

Au revoir et Adieu et MERCI !!

Je vous dis au revoir parce que je vais prendre ma retraite le 1er octobre, après 10 ans de belles dynamiques  dans la paroisse de Vendenheim et au sein du consistoire. Je suis heureuse de toutes les rencontres que j’ai faite avec vous, reconnaissante de l’accueil des fédinois, l’accompagnement des conseillers presbytéraux et des élus de la commune. Bien des projets ont pu aboutir grâce à vous tous, organistes, conseillers, bénévoles, sans oublier le groupe de l’ouvroir et les plus jeunes, 4 pattes, katé et les ados. Au revoir aux ainés de l’Ehpad et celles et ceux qui m’ont accompagné lors des cultes. Au revoir à mes collègues du consistoire et à leurs paroissiens. Vous avez tous contribué à une richesse inoubliable, car ensemble nous avons tracé bien des routes, à chaque fois nouvelles, motivantes, pour la spiritualité, la créativité, le partage, la solidarité.

Je vous dis à toutes et à tous au revoir, parce que je prends ma retraite, tout en m’engageant dans un ministère en tant que pasteure bénévole en Charente Maritime.  De là bas, j’espère avoir de vos nouvelles, vous porter dans mes prières et rester dans les vôtres.

Je vous dis aussi Adieu. Adieu, c’est-à-dire « je vous recommande à Dieu ». Je te recommande, toi l’ainé, toi le jeune, vous les organistes, vous les bénévoles, vous les conseillers. Oui je vous recommande à Dieu chacun et chacune sur son chemin ; celui que j’ai croisé, accompagné, et qui va continuer sa route. Je recommande à Dieu la paroisse de Vendenheim, sa sœur la paroisse catholique, et toutes celles du consistoire car toutes m’ont permis de remplir un tant soit peu ma vocation, m’ont porté et apporté beaucoup. Un culte d’action de grâce le dimanche des récoltes sera célébré le  7 octobre à 15h en l’église de Vendenheim.

 

Prière : « J’aimerai être l’arche de Noé, apporter réconfort et secours aux hommes, tous ceux dans le péril des eaux ! Oser et non pas craindre ! J’aimerai être la colombe, et comme elle, chercher pour notre avenir les branches dont jaillissent de nouveaux rameaux ! Oser et non pas craindre !

J’aimerais être l’arc en ciel, et chanter l’espérance pour les hommes, pour ceux qui bâtissent la terre de Dieu ! M’engager et non pas craindre. »

 

Organisation : Votre pasteur prend sa retraite, ce sera le conseil presbytéral qui assurera la gestion de la paroisse le temps de la vacance pastorale. La garde des casuels est organisée avec les collègues du consistoire. Le catéchisme se fera avec le groupe de Berstett. Les cultes pour touts petits continuent. Le groupe de jeune sera réuni autour du pasteur Preckel qui organise déjà une rencontre jeunes à Heaven’s door. L’ouvroir sera accompagné par des personnes de la paroisse et du conseil. Mais nous avons besoin de bénévoles pour innover  et accompagner : pourquoi pas vous ? Merci de prendre contact avec un membre du conseil presbytéral. Merci !!

 

Mot du pasteur Juillet et Août 2018

MOT BIBLIQUE

«Semez pour la justice, moissonnez dans la loyauté,  défrichez vous un champ nouveau ! Il est temps de chercher l’Eternel jusqu’à ce qu’il vienne et répandre pour vous la justice. »

Osée 10,12

 

Mot du pasteur :

Luc 5 :«  Il monta dans l’une des barques, qui était à Simon, et pria celui-ci de s’éloigner un peu de la terre ; puis, s’étant assis, de la barque il enseignait les foules. Quand il eut cessé de parler, il dit à Simon :  » Avance en eau profonde, et lâchez vos filets pour la pêche.  » Simon répondit :  » Maître, nous avons peiné toute une nuit sans rien prendre, mais sur ta parole je vais lâcher les filets.  » Et l’ayant fait, ils capturèrent une grande multitude de poissons, et leurs filets se rompaient. »

« Nous avons déjà essayé, Seigneur, mais puisque tu le demandes, je vais faire ce que tu as dit. » Le futur  disciple entend la Parole du Christ, et la met en pratique. Qu’est-ce qui le pousse à accepter cette parole ? A reprendre les rames de sa barque pour faire cette chose insensée, sans espoir rationnel qu’il prenne quoi que ce soit dans ses filets ?

Cette confiance de Pierre, cette obéissance aveugle à sa parole, alors qu’il n’y avait raisonnablement aucune chance qu’elle se réalise, m’impressionnent. Et je me demande dans quelles circonstances j’ai une foi aussi grande que celle de Pierre pour dire : Seigneur, j’ai déjà tout essayé, mais sur ta parole, je jetterai encore le filet.

Pierre, fatigué de la nuit et déçu par sa pêche, été sans doute un homme découragé, mais il y va !

Il nous arrive à tous de nous sentir découragés, à bout de forces, sans ressources pour poursuivre la route et remplir notre mission, quelle qu’elle soit, que ce soit : s’occuper d’un proche malade ou s’occuper de soi même, se lever, accepter de rencontrer quelqu’un, de partager du temps avec lui, d’aller tous les jours au travail et le faire consciencieusement, d’élever ses enfants, d’aider ses petits enfants. Nous avons, nous aussi, comme Pierre et ses compagnons, des jours et des nuits de travail et de veille, après lesquels nous nous sommes dit « à quoi bon » ? Nous avons tous des moments de découragement.

C’est vrai aussi dans notre Eglise, c’est vrai que de manière générale, la religion et la foi prennent une place toujours moins importante dans la vie des gens. Malgré tout, cette parole du Christ s’adresse encore à nous aujourd’hui : avance en eaux profondes, et jette tes filets pour pêcher.

Qu’est-ce qui nous fait lever pour avancer, en eau profonde, et jeter nos filets ? Qu’est ce qui va nous redonner courage, pour tendre la main à l’autre, pour prier pour les uns et les autres, pour ouvrir la bible, la lire ou l’écouter ?

Si le Christ nous encourage à jeter nos filets, même et surtout lorsque nous croyons que tout est perdu, c’est parce que dans ces moments-là nous avons besoin de nourriture pour nous fortifier et nous encourager. Et la parole de Dieu est une nourriture dont nos âmes peuvent se rassasier lorsque nous avons faim de vérité, faim de ressourcement, faim de confiance en soi, faim de courage, faim d’un bonheur qui nous remplisse vraiment, faim de promesses tenues, de fidélité, d’amour.

Pierre a trouvé en lui la force d’obéir à l’injonction de Jésus Christ, et en faisant confiance à sa Parole, le disciple a fait une pêche comme il n’en avait encore jamais faite, une pêche miraculeuse.

Lorsque nous traversons les eaux profondes de la vie, l’appel du Christ résonne encore : jette tes filets. Il y a là de la nourriture pour celui qui a faim. Il y a dans ces paroles une promesse qui fait du bien au corps et à l’âme fatigués.

Je vous souhaite un bel été rempli de toutes ces belles choses qui redonnent force et sens,  de gestes, de ressourcements, de sens en de re- lecture de ces écritures « saintes », Paroles de vie !

Mot du Pasteur mois de Juin 2018

Mot d’ordre: « N’oubliez pas l’hospitalité car grâce à elle certains, sans le savoir, ont accueilli des anges. » Hébreux 13

 

Méditation : Ces étrangers que Dieu t’envoie.

Il fait midi et chaud. Abraham est à l’ombre de sa tente. Sa tête se lève et sa main se porte au devant des yeux pour mieux voir ce qu’il a à peine senti : il y a là comme un souffle en plein midi. Ses yeux scrutent, un peu inquiet. Trois hommes se dirigent vers lui. Des étrangers, des inconnus. Avec quels motifs ? De guerre ou de paix. Il n’hésite pourtant pas un instant : il court en cette pleine chaleur. Il s’incline devant eux et leur offre l’hospitalité. Le gite et le couvert : toute à cette belle coutume orientale.

« Ne passez dons pas ici sans vous arrêter, prenez soin de vous, ou plutôt, moi je vais prendre soin de vous. » Boisson, lait veau, pains, ombre, échanges.

Abraham a pris soin de 3 personnes inconnues qui se sont avérées être des anges, des envoyés de Dieu ; il a pris soin de Dieu lui-même.

Surnaturel et vie quotidienne sont étroitement liés dans cette histoire. Ne le sont ils pas dans nos histoires de vie ?

Où est ce que, quand est ce que J’AI accueilli un ANGE ?

Et comment le reconnaitre, même longtemps après sa visite ?

Je crois que nous reconnaissons ces visites lorsque soudain quelque chose change en nous, surtout ; pour nous, aussi.

Une parole échangée, une attitude, une ouverture, un dialogue, une prière, une humilité. Soyons toujours attentif, à ce qui, après une rencontre autour d’un verre d’eau, un temps d’arrêt dans nos emplois du temps, a pu se passer et se donner lorsque l’enfant à interrompu notre quiétude, lorsque le visiteur n’était pas annoncé, lorsque celui qui était à notre table était étranger, parfois  étranger  aussi de pensées et d’opinion. Et cela nous transforme, petit à petit. Reconnaitre cela est une forme d’humilité et celle-ci nous grandit.

L’ange, comme révélateur de nos vies, de nos chemins, nous fait aussi « incorporer » qu’il y a des choses qui nous dépassent, qui sont invisibles. Alors nous pouvons jeter un nouveau regard sur le monde tel qu’il est, sur notre vie telle qu’elle est. Parce qu’il répond, ce regard, au regard amoureux de Dieu sur l’entièreté de son cosmos, choses connues et choses inconnues.

                           Evelyne Schaller

 

 

 

Mot du Pasteur Mois de Mai

MOT BIBLIQUE

« La foi, c’est la réalité de ce qu’on espère, l’attestation des choses qu’on ne voit pas. »

Hébreux 11, 1

 

 

Méditation 

Le verset biblique de ce mois nous lie avec l’événement pascal : la foi en la résurrection. Et nous sommes comme Thomas, l’apôtre, qui veut toucher les plaies des mains du Christ et mettre son doigt dans le coté qui a été transpercé sur la croix. Et voici le Christ ressuscité apparaissant au milieu des apôtres qui lui dit : « parce que tu m’as vu tu as cru : bienheureux ceux qui, sans avoir vu, ont cru. » (Jean 20,29)

Merci Thomas ! A lui non plus il ne suffît pas le témoignage humain. Il veut toucher et voir, approcher, aller au plus près des plaies du Christ. Alors un cri de résurrection sort de ses lèvres, un cri infini, une trouée de lumière dans l’obscur. Un mot, une si belle confession qui fait écho à celle déjà dite dans le jardin lorsque Marie de Magdala se retourne, appelée par son prénom, et s’écrie « Mon Seigneur » !

Merci Thomas, qui fait droit à nos soifs de vision, à nos faim de voir pour croire qui tenaillent notre foi.

« Je crois Seigneur, viens au secours de mon humanité. » (Source : Sœur Myriam)

Mot du Pasteur Avril 2018

Mot biblique pour avril

Jésus leur dit »La paix soit avec vous. Comme le Père m’a envoyé, à mon tour je vous envoie. » Jean 20,21

Mot du pasteur :

Avril commence par Pâques !

Percevoir l’absurde, la promesse de la présence comme on voit mourir le bourgeon, pour que s’ouvre la fleur.

 

 La fête de la Résurrection de notre Seigneur se fêtera cette année le 1er avril.

Pour entrer dans la démarche de la semaine pascale nous cheminerons avec les tableaux Vitraux de Frédéric Hugel, qui habillera notre église de toiles parsemées, colorées, comme autant de vitraux de couleurs.

Vendredi Saint  la liturgie se fera dans ce cheminement de l’obscurité. Les toiles y évoqueront la nuit ,le sang mais aussi le don et  l’amour.

Le dimanche de Pâque ouvrira la tonalité lumineuse du bleu au jaune .Là aussi nous cheminerons vers la lumière de la résurrection, par des haltes devant certains tableaux. Les enfants du catéchisme nous guiderons par le chant, et la vie qui s’inscrit d’abord dans l’étonnement sera exprimé en pas de danse par Morgane Gradt, une jeune étudiante, membre du groupe de jeunes

Mot du Pasteur Mars 2018

Mot biblique pour Mars :

 Jésus dit : « tout est accompli » Jean 19,30

Mot du pasteur : les infos des mois de mars et d’avril sont liées par le temps de carême et celui de Pâques : la fête de la Résurrection de notre Seigneur se fêtera cette année le 1er avril.

Ces 2 mois sont aussi liés par des méditations artistiques, tant la musique que la peinture.

Au mois de mars c’est Roland Engel qui nous emmène par la poésie, le chant et la musique à comprendre ces mots énigmatiques du Christ Jésus : « Lève toi et marche ». L’école de musique de Ravel nous ravira l’âme de musique de la Renaissance le 24 mars.

Et nos yeux aussi seront éblouis par l’explosion de couleurs, car, pour la semaine de Pâques, Frédéric Hugel, conseiller presbytéral de Lampertheim, habillera notre église de ses variations picturales comme des vitraux de couleurs.

Ainsi, musiques, chants, peintures, lectures seront là pour nous ouvrir à cette présence indicible du Christ et nous accompagner dans le mystère pascal.

Les activités du mois d’avril vous parviendront pendant la semaine pascale.

Mot du Pasteur mois de Février

Mot biblique : « La parole est toute proche de toi, elle est dans ta bouche, elle est dans ton cœur pour que tu la mettes en pratique. »Deutéronome 30,14

Mot du pasteur :

 

Le Carême s’est maintenant !

Il y a des temps de pause, des temps nécessaires de distance, de recul. Le carême nous offre cette chance, saisissons la ! Cette pause, cette nécessité, elle nous vient parfois d’une maladie, ou d’un besoin de repli, ou celui de faire comme la nature : se poser et se reposer un peu. Elle nous vient d’une fatigue ou d’un refus. Mais toujours c’est un signe, plus : une chance !

Alors pour ces semaines à venir :

40 jours pour faire le tri, pour se délester de ce qui est inutile, comme lorsqu’il faut traverser un désert.

40 jours pour ne plus se contenter de « juste comme il faut », pour sortir du strict minimum.

40 jours pour éduquer le cœur et aimer, apprendre à aimer, d’une façon neuve à la manière des premiers jours

40 jours pour arracher l’esprit à ses obsessions, à ses idées reçues, et l’ouvrir à la nouveauté

40 jours pour marcher à un autre rythme, pour changer de pas, de style, d’ampleur ou de lenteur, pour se poser, réfléchir, faire le ménage, pour se purifier

40 jours pour regarder Dieu pour écouter la parole du Christ et la laisser faire son œuvre de redressement au secret de nos désirs

40 jours pour être transfiguré

40 jours pour grandir avec l’Evangile

40 jours pour redécouvrir la vérité de son propre être et le savoir lié à Dieu.

(Evelyne Schaller, inspiration de diverses lectures !)

PRIERE :

O Dieu, toi qui sais reconnaitre l’aimable en chacun d’entre nous, toi qui sais voir la lumière au-delà de nos ombres parce que tu es lumière, permets moi, au cours de ce carême, de t’offrir le jeûne de tout jugement, de toute critique. Permets moi de t’offrir la privation, l’abandon, le lâcher prise des idées toutes faites et de cet incessant désir d’avoir raison.

Permets moi Seigneur, d’atteindre ce calme sommeil de la pensée où je puisse cheminer vers cette vacuité intérieure qui laisse en moi toute la place  à ta présence

Mot du Pasteur mois de Janvier

Mot biblique pour l’année 2018 

« A celui qui a soif je donnerai de la source d’eau vive, gratuitement. » Apocalypse 21, 6

Mot du pasteur : HEUREUSE ANNEE !

Dans nos mains ouvertes, comme pour une offrande, voici nos 365 jours et nos 365 nuits !

365 et plus encore, de décisions et de ruptures, de souffrances et de joie, de sourires et de consolations. Reçois tout Seigneur !

Merci pour ce temps donné !

Et que 365 jours viennent encore, et autant de nuits. Oui, pour la vie, Seigneur !

Une année s’achève. Une autre année commence.

Les deux années, je te les confie, mon Dieu.

Fais-moi grandir dans cette expérience : Tu me portes.

Ma vie entière est dans ta bonne main.

Ainsi je peux remettre dans ta main mon passé, et je peux prendre de ta main mon avenir. Que je grandisse dans cette expérience : mon temps est entre tes mains.

Je peux me confier en toi.

Une année s’achève. Une autre année commence.

Ces deux années, je te les confie, mon Dieu. Amen

Mot du Pasteur mois de Décembre

 

Mot biblique : « Grâce à la tendre compassion de notre Dieu, le soleil brillera sur nous d‘en haut pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et dans l’ombre de la mort et pour diriger nos pas vers le chemin de paix. » Luc 1,78 à 79

 

A méditer : Un temps de naissance

Cette naissance là change radicalement le destin des habitants de la terre : Dieu devient homme. Fragile et fort, comme un homme, familier des rires et des larmes, Dieu devient homme et du fait même l’homme nait à une dignité impossible jusqu’alors : en lui Dieu est présent. Chaque jour et pour toujours l’homme participe à la sainteté de Dieu et à son infini amour. Dans l’humanité germe la divinité.

Certes le mal est aussi dans le monde ! Malheureusement. Mais en cet Avent, à nous croyants de faire naitre, sans attendre, des attitudes nouvelles, toujours à réinventer. A nous de nous mettre à la vigilance, afin que les regards changent et avec eux les gestes et les cœurs.

A travers notre foi et nos actions qui deviennent visibles ainsi, la nuit de Noel proclamera encore aux vivants, et ce jusqu’au bout des temps : « Vous êtes les biens aimés de Dieu. »