Mot du Pasteur Juillet et Août

MOT BIBLIQUE

Juillet : «Je suis toujours avec toi. Tu m’as pris par la main. Tu me conduis par ton conseil et tu me recevras dans la gloire. » Psaume 73, 23 et 24

Aout : « Chantez au Seigneur terre entière, proclamez son salut de jour en jour. » 1 Chroniques 16, 23
Mot du pasteur : La bénédiction du jour du repos, un autre sens pour nos dimanches et vacances
‘Le ciel et la terre et tous leurs éléments furent achevés. Dieu acheva au septième jour l’œuvre qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour et le proclama saint car il avait alors arrêté toute l’œuvre que lui-même avait créée par son action. (Genèse 2, 1 et 2)
Le dossier développé dans cet AMI nous invite à réfléchir au sens du verbe bénir et à celui de toute bénédiction. Se dire tout simplement « bonjour » ou « passe un bon été » sont des formes de bénédictions, de bonnes paroles envers celles et ceux à qui elles ont été données. Dans le récit de la création, la bénédiction est donnée sur toute œuvre, par le regard de Dieu qui voit « que cela était bon ».Elle est aussi donnée au septième jour : le repos de Dieu et de toute chose est béni et consacré.
Est ce là une bénédiction inutile, improductive, un éloge à la paresse peut être même ? Si ce jour est à part, chômé, en vacance, est ce pour retrouver des forces et mieux travailler encore ? A moins que cette bénédiction nous cache autre chose ?
Tout d‘abord nous assistons là à un vrai jour de création, et non pas quelque appendice qui souvent passe à la trappe La création du septième jour est une création de la tranquillité, de la sérénité, de la paix et du repos. Nous découvrons en lui le but ultime de la création, le seul qui est à la fois béni et consacré !
La création n’a de sens, ne trouve sa vraie valeur et devient bénédiction que parce qu’il y a ce repos du septième jour. Et nous qui nous étions placés au sommet de cette œuvre ! Ce n’est donc pas l’humain le sommet de la création mais ce jour du repos.
Alors recevons vraiment cette invitation ! Nous, créatures de Dieu, nous sommes appelées à nous arrêter, à regarder et à confesser ! Et ce faisant, nous obtenons une autre orientation du regard, une autre orientation pour notre vie, y compris son repos !
S’arrêter et regarder est une démarche qui peut permettre à une personne de reconnaitre Dieu au commencement et au centre de sa vie, reconnaitre qu’elle st aimé de Dieu. Dans le repos, on restitue à Dieu ce que l’on est on entrain de faire, alors il ne reste plus que l’être.
Que la bénédiction de cet été et ces temps de repos créent en nous une aptitude à recevoir, à goûter les bénédictions du créé et à prendre le temps de la reconnaissance et de la louange.
« Tu te souviendras du jour du repos pour le sanctifier »