Mot du Pasteur Décembre 2014

Mot biblique : « Que rient désert et terre arride, que danse et s’épanouisse tel un narcisse, le maquis. »Esaie 35,1

Mot du pasteur :
A méditer : Avent, promesse de paix, de justice, de Dieu
Aucune promesse de justice, fut-elle divine, ne peut se dispenser de l’initiative des hommes.
Qu’adviendrait-il de toutes les paroles dites de la bouche des prophètes, s’il n’y avait personne qui ne soit capable de les entendre ?
Pourquoi faudrait il formuler des vœux, aussi sincères soient il, si on se contente de souhaiter sans chercher à réaliser ?
A quoi servirait le désir d’entreprendre, le renouvellement de la terre et sa justice, s’il ne se trouve aucun artisan capable de les mettre en œuvre ?
Qu’en serait il d’un chemin de l’Evangile, qu’en serait-il d’un chemin de justice, s’il n’y avait nul croyant pour le prendre ?
Toute promesse cherche d’abord son accomplissement par les hommes et pour les hommes, pour être signe visible de la justice de Dieu.
En ces temps, nous serons interpellés ! Quelle prière pour la paix au Proche et moyen Orient ? Et Quel signe d’accueil pour ceux qui fuient la guerre ?
Quel signe pour la préservation de notre terre ? A travers quel geste écologique ? Quelle lumière allumée ?
En ce mois de décembre nous commençons la proposition de jeûne pour le climat afin d’interpeller nos responsables politiques.
La justice de Die, elle cherche son accomplissement, par moi, par toi !