MOT DU PASTEUR DECEMBRE 2016

Mot biblique : « Mon âme désire le Seigneur plus que la garde ne désire le matin. »Psaume 130, 6

 

img_1734

 

A méditer : Avent, attente du Jour

L’Avent est le temps de l’attente. Banal, c’est vrai. Et c’est là que je prends conscience qu’attendre n’a rien à voir avec la position assise.

Il y a des croyants qui attendent que Dieu vienne : c’et si beau, chaque année de rêver et de faire semblant que Dieu nait dans la douceur d’une douce nuit de Noel ; qui attendent que Dieu règle les problèmes de l’humanité, qui ne bougent pas, car c’est, n’est ce pas, à l’Esprit Saint d’agir, et qui ne prennent pas position, car voyez vous, le croyant ne fait pas de politique…

Il y a es croyants qui confondent douceur évangélique et guimauve quotidienne, qui ne disent de mal de personne, car il faut respecter chacun, et qui oublient bien sur de crier contre le mal de toutes leurs forces, qui oublient de lutter pour l’extirper, car bien sûr, il en résulte des coups et des blessures…

 Il y a des croyants qui attendent au bord du chemin pendant que le monde est pris de convulsions, car, disent-ils, l’Evangile nous invite à quitter le monde, à ne pas nous laisser polluer par le monde.

Ceux là sont les opportunistes de la foi. Ils changent la vie du croyant en bain de tiédeur, ils transforment l’attente chrétienne en une sublime caricature, ils rendent fade tout ce qui touche à la foi du Christ, ils utilisent l’Evangile pour s’en faire un paravent qui justifie toutes les paresses et toutes les intolérances.

Attendre, c’est le contraire ! C’est l’attitude du guetteur au sommet des murailles qui hurle à pleine bouche : ne dormez pas, sinon vous serez aveugles face à la rutilance de l’aurore, ne dormez pas, frottez vous au monde, sinon le Christ ne sera jamais présent dans le monde !