Mot du Pasteur mois de Février

Mot biblique : « La parole est toute proche de toi, elle est dans ta bouche, elle est dans ton cœur pour que tu la mettes en pratique. »Deutéronome 30,14

Mot du pasteur :

 

Le Carême s’est maintenant !

Il y a des temps de pause, des temps nécessaires de distance, de recul. Le carême nous offre cette chance, saisissons la ! Cette pause, cette nécessité, elle nous vient parfois d’une maladie, ou d’un besoin de repli, ou celui de faire comme la nature : se poser et se reposer un peu. Elle nous vient d’une fatigue ou d’un refus. Mais toujours c’est un signe, plus : une chance !

Alors pour ces semaines à venir :

40 jours pour faire le tri, pour se délester de ce qui est inutile, comme lorsqu’il faut traverser un désert.

40 jours pour ne plus se contenter de « juste comme il faut », pour sortir du strict minimum.

40 jours pour éduquer le cœur et aimer, apprendre à aimer, d’une façon neuve à la manière des premiers jours

40 jours pour arracher l’esprit à ses obsessions, à ses idées reçues, et l’ouvrir à la nouveauté

40 jours pour marcher à un autre rythme, pour changer de pas, de style, d’ampleur ou de lenteur, pour se poser, réfléchir, faire le ménage, pour se purifier

40 jours pour regarder Dieu pour écouter la parole du Christ et la laisser faire son œuvre de redressement au secret de nos désirs

40 jours pour être transfiguré

40 jours pour grandir avec l’Evangile

40 jours pour redécouvrir la vérité de son propre être et le savoir lié à Dieu.

(Evelyne Schaller, inspiration de diverses lectures !)

PRIERE :

O Dieu, toi qui sais reconnaitre l’aimable en chacun d’entre nous, toi qui sais voir la lumière au-delà de nos ombres parce que tu es lumière, permets moi, au cours de ce carême, de t’offrir le jeûne de tout jugement, de toute critique. Permets moi de t’offrir la privation, l’abandon, le lâcher prise des idées toutes faites et de cet incessant désir d’avoir raison.

Permets moi Seigneur, d’atteindre ce calme sommeil de la pensée où je puisse cheminer vers cette vacuité intérieure qui laisse en moi toute la place  à ta présence